Princesse Bari

Il y a 53 produits.

Affichage 13-24 de 53 article(s)

Filtres actifs

L'amour à la parisienne de...
L'amour à la parisienne de Florence Besson

7,75 €
Aperçu de l'amour à la parisienne Qui n'a pas un jour demandé à ses copines : " À ton avis, pourquoi il ne rappelle pas ? " Qui ne s'est pas laissé tenter par une nuit torride avec un amant de passage ? Qui ne s'est pas demandé comment on faisait pour trouver cet homme qui vous fera rire et jouir, se sentir soi-même auprès de lui, et comment faire pour rester sexy, libre, drôle et fantaisiste tout en menant une vie à deux, que ce soit pour un an ou pour faire cinq enfants ? Parce que la Parisienne est l'essence de cette femme contradictoire, qui veut qu'on lui ouvre la portière de sa voiture mais qu'on la laisse conduire, parce qu'elle porte en elle l'héritage d'une foule de grandes amoureuses légendaires, parce qu'elle mène sa vie tambour battant au cœur de la ville la plus romantique du monde, aucune autre mieux qu'elle ne pouvait célébrer l'amour, la vie, la liberté, la frivolité, l'ivresse de manger au lit avec un amant qu'on ne quitte plus. Hymne à la femme, hymne à l'amour, à la Parisienne farouchement indépendante, ce livre enlevé, léger et piquant revient sur tout sans tabou et nous rappelle qu'amour rime aussi avec humour. Un livre comme une soirée entre copines bienveillantes et drôles, qui savent dédramatiser et vous aident à aimer en toute liberté, en toute gaieté, en vraie Parisienne farouche et tendre. Il contient : – trois parties de 40 questions chacune : pour celles qui virevoltent en célibataire, pour celles qui ont trouvé un amoureux et souhaitent aller plus loin avec lui, pour celles qui se sont lancées dans une vie à deux devenue vie à trois, quatre, cinq... – une quarantaine de listes d'adresses pratiques pour déjeuner, trouver de la lingerie sexy, l'emmener en week-end, le relooker, pleurer sur un bon banc public... – des astuces typiquement parisiennes – des clichés que l'on dénonce.
C'est beau une ville la...
C'est beau une ville la nuit de Richard Bohringer

4,57 €
Résumé de c'est beau une ville la nuit Ni autobiographie d'acteur ni roman, C'est beau une ville la nuit est "une balade, l’œil et l'esprit grands ouverts au vif de la ville et au droit à la vie, une route de douleurs, de joies et finalement d'espérances". Un blues en prose, ponctué de chansons, écrit par l'homme Bohringer à ses amis vivants ou morts, aux femmes qu'il a aimées, à la vie, à la page blanche. L'enfance maudite, l'alcool, les coups de chagrin, l'héroïne, il aura tout connu, pour s'octroyer quand même, au terme de son errance, le droit à l'amour, au bonheur, à l'écriture. "Vie je te veux. Je t'ai toujours voulue. J'avais pas le mode d'emploi." C'est beau une ville la nuit n'est pas à proprement parler un roman autobiographique, ni une simple biographie d'acteur, mais bien plutôt l'écriture d'une errance et d'une quête. "Une balade, l’œil et l'esprit grand ouverts au vif de la ville et au droit de la vie, une route de douleurs, de joies et finalement d'espérance." Ce livre est un fragment d'itinéraire de l'homme Bohringer avant même que les écrans renvoient cette image d'une "gueule" de cinéma et que celle-ci s'impose par la forte présence d'un comédien dont les valeurs personnelles ne se réduisent pas à sa profession et au narcissisme qu'elle entretient. Ouvert aux autres et amoureux de l'amitié, Richard Bohringer, grand lecteur de Cendrars, de Kérouac ou de London, sait donc que la raison même de l'écrivain est de mythifier la réalité de la vie, de dire vrai même dans l'imaginaire puisque "la réalité dans tout cela, ce sont les faits, les gens non pas tels qu'ils sont mais tels qu'on les vit. C'est la règle du jeu. La seule avec laquelle il acceptable de jouer."
Jane Eyre de Charlotte...
Jane Eyre de Charlotte Brontë (anglais)

7,75 €
Pitch Jane Eyre in english   You have no business to take our books; you are a dependant, mama says, you have no money; your father left you none; you ought to beg, and not to live with gentlemen's children like us, and eat the same meals we do, and wear clothes at mama's expense. Now, I'll teach you to rummage my bookshelves: for they are mine; all the house belongs to me, or will do in a few years. Go and stand by the door, out of the way of the mirror and the windows'. I did so, not at first aware what was his intention; but when I saw him lift and poise the book and stand in act to hurl it, I instinctively started aside with a cry of alarm: not soon enough, however; the volume was flung, it hit me, and I fell, striking my head against the door and cutting it. The cut bled, the pain was sharp:my terror had passed its climax; other feelings succeeded. 'Wicked and cruel boy!' I said. 'You are like a murderer-you are like a slavedriver-you are like the Roman emperors!' I had read Goldsmith's 'History of Rome', and had formed my opinion of Nero, Caligula, &c. Also I had drawn parallels in silence, which I never thought thus to have declared aloud. 'What! what!' he cried. 'Did she say that to me? Did you hear her, Eliza and Georgiana? Won't I tell mama? but first-' He ran headlong at me: I felt him grasp my hair and shoulder; he had closed with a desperate thing. I really saw him a tyrant: a murderer. I felt a drop or two of blood from my head trickle down my neck, and was sensible of somewhat pungent suffering: these sensations for the time predominated over fear, and I received him in frantic sort. I don't very well know what I did with my hands, but he called me 'Rat! rat!' and bellowed out aloud. Aid was near him: Eliza and Georgiana had run for Mrs Reed, who was upstairs; she now came upon the scene, followed by Bessie and her maid Abbot. We were parted: I heard the words:- 'Dear! dear! what a fury to fly at Master John!' 'Did ever anybody see such a picture of passion?'
La vie est un songe de...
La vie est un songe de Calderon de la Barca Pedro

3,51 €
Résumé de la pièce de théâtre la vie est un songe La force de cette comédie baroque du XVIIe siècle espagnole tient dans une idée maîtresse : la vie est un songe, toute réalité n'est qu'illusion trompeuse. Les protagonistes de l'histoire vont en faire l'expérience. Basile, roi de Pologne, a fait enfermer son fils Sigismond. Les astres avaient prédit la mort de sa mère au moment où elle donnerait naissance à leur enfant Sigismond. Et les astres ne se sont pas trompés. La reine est morte. Le roi ne veut plus croire qu'à la seule puissance des astres souverains, il se réfugie dans l'occultisme. Endormi par un puissant narcotique, Sigismond devenu jeune homme va lutter, se réveiller et prendre conscience de lui-même. Mais alors, que croire ? La réalité est-elle une fiction ou la fiction du sommeil est-elle la réalité ? À partir de cette trame, Calderon joue de l'aller-retour grisant entre rêve et réalité. Chef-d'oeuvre de l'art baroque, La vie est un songe a marqué par sa puissante originalité tout le siècle. Corneille s'en souviendra en écrivant L'Illusion comique. La vie est un songe demeure une oeuvre visionnaire d'une grande modernité. Une pièce qui n'a rien perdu de sa jeunesse ni de son souffle, une pièce qui nous renvoie chaque fois l'image de notre réalité ou de notre irréalité. Un plaisir vertigineux qui nous invite, comme Sigismond, à remporter une victoire sur soi-même. --Denis Gombert Cette pièce (1635) a un retentissement européen. Son foisonnement baroque, sa profusion ornementale, ses effets de contraste, le raffinement dans le jeu des idées propre au goût espagnol de l'époque, la complexité de l'architecture, puisque l'intrigue est double et que plusieurs thèmes s'entrecroisent - tout cela sert l'idée centrale : tout, en ce monde, n'est qu'illusion. Mais si la vie est un songe, nous devons nous en éveiller avec, pour seul bagage, le bien que nous avons accompli.